Petite-Rivière St-Francois



À VENDRE !

Ce nom de domaine est à vendre :
Nom idéal pour cibler une clientèle et/ou s'annoncer et offrir un service !

petite-riviere-st-francois.ca

Pour information : jjmdion@hotmail.com

Autres noms de domaines recherchés à vendre à bas prix :

Avocats Québec > www.avocats-quebec.ca

Massif Carlevoix > www.massifcharlevoix.com

Baie Saint-Paul > www.baiesaintpaul.net

Charlevoix > www.charlevoix-qc.ca

Fiers de notre nation > www.fiersdenotrenation.com

Hébergement touristique > www.hebergement-touristique.com

Immeubles à Montréal > www.immeublesamontreal.com

Isle-aux-Coudres > www.isle-aux-coudres.ca

Mont Saint-Anne > www.montsainte-anne.com

Petite-Rivière-St-François > www.petite-riviere-st-francois.ca

Saguenay Lac St-Jean > www.saguenay-lac-st-jean.ca

Pour information : jjmdion@hotmail.com

Faites une offre pour, 1, 2, 3 ou plus, ou un prix pour le lot !


Petite-Rivière St-François : Un village fort de son histoire


En 1675, Claude Bouchard quitte la côte de Beaupré et vint s'y installer; ainsi débutent les activités à Petite-Rivière-Saint-François, le plus vieux lieu de peuplement de Charlevoix.

Petite-Rivière-Saint-François, plus vieux lieu de peuplement de Charlevoix

Petite-Rivière-Saint-François est en quelque sorte le berceau de la colonisation de Charlevoix. La seigneurie de Beaupré qui s'étendait des limites de Beauport jusqu'à la rivière du Gouffre a été concédée à la Compagnie des Cent-Associés en 1636. En 1662, le Séminaire de Québec s'en porte acquéreur. Les terres étant toutes occupées, sur la côte de Beaupré, les habitants réclament de nouvelles concessions. Les seigneurs acceptent alors d'ouvrir au peuplement la bande de terre de Petite-Rivère-Saint-François. Viennent alors s'installer des colons de Château-Richer et de Cap-Tourmente. De 1675 jusqu'à la fin du XVIIe siècle, 16 terres sont concédées dont une à Claude Bouchard dit le Petit Claude, à Ignace Gasnier (oct. 1677), à René Bien dit Lacroix (oct. 1677), à Pierre Laforest dit Labranche (mars 1678), à Jacques Fortin (juin 1680), à René De La Voye (fils) (juin 1686)...

L'Économie de Petite-Rivière-Saint-François

L'économie de Petite-Rivière s'articulait autour de l'agriculture, l'acériculture, la pêche à l'anguille, la coupe et la transformation du bois , et la fabrication des goélettes. On constate aujourd'hui que peu de choses ont changé. Si la montagne est maintenant devenue une source importante de revenus par son centre de ski de calibre international, le fleuve amène encore son lot de travail. Le chantier naval perdure, bien que le mode de fabrication et les produits diffèrent. Le cabotage est en quelque sorte réactualisé par les plaisanciers, qui chaque été séjournent à notre marina. Et la pêche à l'anguille, pratiquée de façon traditionnelle, est un bel exemple de continuité qui suscite beaucoup d'intérêt.

Quelques textes

1675
En ce temps-là, la Petite-Rivière-Saint-François offrait un très grand avantage aux colons, grâce aux prairies naturelles de près d'un demi-mille de la côte au fleuve. Ils n'avaient pas à défricher pour s'installer et commencer de cultiver.
À l'est du Cap Maillard, au fond d'une brèche de trois lieues de largeur, coule la Petite-Rivière-Saint-François-Xavier, qui arrose une bande de terre étroite mais fertile. Ce petit coin de la Suisse perdu en Amérique, profondément encaissé entre le Cap Maillard et le Cap de la Baie, attira l'attention des colons de la Côte de Beaupré... L'endroit était propice.
1750
Le 6 septembre 1749, un savant botaniste suédois, fit une visite à la Petite-Rivière-Saint-François. Voici la description qu'il donne de la paroisse dans ses récits de voyage:
"Sur les bords d'une rivière qui lui a donné son nom, s'élève une belle petite église et quelques maisons. À l'ouest du village, s'élèvent de hautes montagnes. Aussi le soleil se couche-t-il en cet endroit trois ou quatre heures plus tôt qu'ailleurs. À l'est du village, le fleuve ronge chaque année un morceau du rivage de sorte que les habitants craignent qu'ils perdront en peu de temps toutes leurs terres qui pour la plupart n'ont de longueur qu'une portée de fusil. Toutes les maisons ici sont pleines d'enfants".

Les terres de Petite-Rivière sont loin d'être fertiles.

D'ailleurs, un mémoire de 1713 parle de 15 à 20 habitants très pauvres.
Pourquoi n'avoir pas concédé d'abord les terres de la baie Saint-Paul, plus vastes, plus régulières, plus fertiles aussi, et dont on imagine aisément qu'elles suscitaient bien davantage la convoitise des nouveaux colons? Tout simplement parce que le Séminaire ne perd rien en distribuant les maigres terres de Petite-Rivière et en se réservant celles de la baie Saint-Paul.

La croix du quai

La croix de la première église, démolie en 1903, fut plantée au bord du fleuve l'année suivante sur une roche appelée "roche de l'église". Cette croix de fer dut être changée de place au moment de la construction du quai en 1927. Elle fut alors plantée sur une roche près du quai... elle y est encore mais restaurée et solidifiée.

Petite-Riviere Saint-Francois